Assurance

Vous êtes couvert: les pilotes et passagers Wingly bénéficient d’une couverture additionnelle dans le cas où l’assurance obligatoire serait insuffisante.

L’assurance est au coeur du service offert par Wingly. Nous offrons à nos membres une assurance unique et sur-mesure, mise en place par notre courtier SAAM Verspieren Group auprès d’Allianz GC&S pour couvrir nos vols en avions légers partout en Europe (Drom Com et Pom Français) et pays riverains de la Méditerranée. Notre couverture additionnelle et gratuite vient compléter jusqu’à un million d’euros les plafonds de garanties, en complément des assurances obligatoire pour voler en avion léger.

Une première pour l’aviation légère

Cette police d’assurance est le fruit d’une réflexion menée conjointement entre Wingly, SAAM Verspieren Group et AGCS, trois entreprises leaders européens dans leur domaine. Il s’agit d’une première dans le domaine innovant du coavionnage. Les membres de Wingly pourront désormais tous bénéficier de cette assurance intitulée: Responsabilité Civile Aéronef du Pilote Utilisateur.

FAQ - l’avis de l’expert, par SAAM Verspieren Group:

Notre assurance Responsabilité Civile Aéronef pour le Pilote Utilisateur couvre la responsabilité civile du pilote vis-à-vis des passagers et des tiers au sol jusqu’à un million d’euros par sinistre (dans la limite de cinq millions d’euros par an) en cas d’insuffisance des garanties obligatoires des aéronefs utilisés.
L’assurance offerte par Wingly est gratuite et incluse dans tous les vols en avions léger organisés via la plate-forme Wingly. C’est Wingly qui prend en charge le coût de l’assurance.
Si, les vols de coavionnage ont toujours pu être assurés par la Responsabilité Civile Aéronef attachée à l’avion ou l’hélicoptère utilisé. La RC est obligatoire depuis 2004 au sein de l’Union Européenne et couvre les passagers et les tiers au sol. L’assurance proposée par Wingly vient en complément des plafonds de garanties de cette assurance obligatoire en cas d’insuffisance de garanties.
En cas d’accident, le pilote commandant de bord ou le propriétaire/exploitant doit prévenir dans un premier temps les pompiers et la gendarmerie, puis dans un second temps le courtier ou l’assureur mentionné sur l’attestation d’assurance généralement incluse au carnet de vol de l’aéronef. L’assurance proposée par Wingly n’interviendra qu en complément de l’assurance obligatoire si cette dernière s’avérait insuffisante au regard des préjudices subis. Et ce, dans la limite d’un million d’euros par sinistre, dans la limite de cinq millions par année d’assurance. Rappelons que 80% des accidents en avions légers n’impliquent pas de blessures mais de la casse matérielle. Dans la grande majorité des cas, la démarche à suivre en cas d’accident est effectuée uniquement par le pilote ou le propriétaire/exploitant.
Non, l’assurance proposée par Wingly n’est pas une assurance annulation. Si le vol doit être annulé par le pilote ou le passager, les utilisateurs sont invités à reprogrammer le vol à une date ultérieure et le cas échéant à l’annuler définitivement. Tout le monde sera intégralement remboursé des frais engagés sur Wingly.
Non, l’assurance souscrite par Wingly pour le compte de ses pilotes utilisateurs est gratuite et comprise automatiquement et systématiquement dans tous les vols en avion léger organisés sur Wingly. Aucune démarche de souscription ou déclaration n’est nécessaire de la part du passager ou du pilote pour en bénéficier.
L’assurance offerte par Wingly couvre tous les vols en avion léger en Europe (Drom Com et Pom Français) et les pays riverains de la Méditerranée à l’exclusion de l’Algérie, la Libye, le Soudan, la Province du Nord Sinaï en Egypte et le Liban.
Oui, l’assurance offerte par Wingly couvre les vols de coavionnage circulaires et les vols de navigation point à point en avion léger de moins de 5,7t. Il faut cependant noter que l’assurance offerte par Wingly ne couvre pas encore les vols en hélicoptère. Les vols en hélicoptère sont toujours couverts par l’assurance originale attachée à l’hélicoptère.
L’assurance offerte par Wingly est une assurance Responsabilité Civile Pilote Utilisateur qui vient donc couvrir la responsabilité civile du pilote commandant de bord en cas d’accident. Notre assurance vient indemniser les passagers et les tiers au sol en complément de l’assurance obligatoire en cas d’insuffisance de cette dernière. Le but de l’assurance offerte par Wingly est de permettre aux tiers de bénéficier la garantie d’un assureur solide financièrement. L’assurance offerte par Wingly n’est pas une assurance Individuelle Accident pilote et ne vient donc pas couvrir personnellement le pilote. Il est de la responsabilité du pilote de souscrire de son côté une assurance Individuelle Accident. De même, l’assurance offerte par Wingly ne couvre pas les dommages causés à l’avion utilisé. Si vous louez, vérifiez que votre loueur ou aéroclub a souscrit de son côté à une assurance “Corps aéronef”. Si vous êtes propriétaire, vous avez aussi dû protéger les dommages causés à votre avion. Si vous êtes propriétaire ou dirigeant d’aéroclubs ou d’une société de location d’avion et que vous avez des questions sur les couvertures assurantielles, vous pouvez contacter notre courtier SAAM Verspieren Group qui pourra vous renseigner.
Oui, que vous soyez propriétaire ou locataire de l’avion puisque votre aéronef est obligatoirement assuré en Responsabilité Civile conformément au règlement CE785/2004 qui impose un minima de garantie en fonction du poids - MMD/MTOW - et du nombre de places passagers de la machine. Cette mention est généralement reprise sur l’attestation de l’aéronef ou sur votre contrat d’assurance obligatoire. Oui, si l’usage coavionnage n’est pas explicitement exclu. C’est pourquoi, avant d’effectuer un vol de coavionnage, nous vous conseillons de le notifier à votre courtier ou à votre loueur d’avion. Il est à noter que tous les contrats proposés par le SAAM Verspieren Group précisent explicitement la couverture du coavionnage. Cependant, il n’est pas nécessaire que le coavionnage soit explicitement mentionné sur votre police d’assurance. En effet, seule la couverture de “l’emport de passager” accompagnée de la non exclusion de l’activité de coavionnage sont nécessaires. Finalement, l’assurance offerte par Wingly vient justement couvrir la responsabilité civile du pilote dans l’éventualité où l’assurance obligatoire ne serait pas suffisante.
Oui, l’assurance offerte par Wingly couvre les vols de coavionnage circulaires et les vols de navigation point à point en avion léger de moins de 5,7t. Il faut cependant noter que l’assurance offerte par Wingly ne couvre pas encore les vols en hélicoptère. Les vols en hélicoptère sont toujours couverts par l’assurance originale attachée à l’hélicoptère.
Oui, tous les pilotes respectant les réglementations en vigueur pour effectuer du coavionnage sont éligibles à notre assurance offerte. Les pilotes doivent donc attester de l’expérience suffisante telle que demandée par l’EASA en Europe ou la DGAC pour la France.

Partout en Europe, le pilote doit respecter les critères classiques de l’emport passager, c’est-à-dire:
Etre titulaire de sa licence de pilote privé PPL à jour
Etre titulaire d’un certificat médical de classe 2 à jour, et
Doit témoigner de trois atterrissages et trois décollages dans les 3 derniers mois précédant le vol de coavionnage.

En France, la DGAC a dérogé au cadre européen et exige les limites suivantes:
1. Pour les vols circulaires de moins de 30 minutes entre le décollage et l’atterrissage durant lesquels l’aéronef ne s’éloigne pas à plus de 40 kilomètres de son point de départ :
1.1. Le vol est effectué de jour, en conditions météorologiques de vol à vue (VMC) ; et
1.2. Le pilote détient, sur la catégorie d’aéronef sur lequel est effectuée l’opération concernée :
– une licence PPL et dispose d’une expérience de 200 heures de vol depuis l’obtention de la licence, dont 25 heures au cours des 12 mois qui précèdent ; ou
– une licence CPL ; ou – une licence ATPL.

2. Pour les autres vols :
2.1. Le vol est effectué de jour, en conditions météorologiques de vol à vue (VMC) ; et
2.2. Le pilote détient, sur la catégorie d’aéronef sur lequel est effectuée l’opération concernée :
– une licence PPL, et dispose d’une expérience de 200 heures de vol depuis l’obtention de la licence, dont 25 heures au cours des 12 mois qui précèdent. Il détient également soit une qualification lui permettant l’exercice d’opérations aériennes en IFR soit une qualification lui permettant de dispenser une instruction au vol sur aéronef ; ou
– une licence CPL ; ou
– une licence ATPL
Même s’il est préférable qu’au sein de la rubrique « Usages » du contrat d’assurance obligatoire de l’aéronef, le coavionnage soit mentionné, rien ne l’impose réglementairement. Tous les contrats mis en place par le SAAM Verspieren Group mentionnent déjà la couverture du coavionnage dans leurs usages ou peuvent le mentionner sur demande. Cependant, il n’est pas nécessaire que le coavionnage soit explicitement mentionné sur votre police d’assurance. En effet, seule La couverture de “l’emport de passager” accompagnée de la non exclusion de l’activité de coavionnage sont nécessaires. Finalement, l’assurance offerte par Wingly vient justement couvrir la responsabilité civile du pilote dans l’éventualité où l’assurance obligatoire ne serait pas suffisante.
Rien ne l’impose réglementairement, mais nous vous recommandons vivement d’indiquer à votre sturcture (aéroclub, école de pilotage ou loueur d’avion) que vous faites du coavionnage. En aéroclub, nous vous recommandons de vérifier que le coavionnage est autorisé par les statuts de l’association.
L’assurance offerte par Wingly couvre la responsabilité civile du pilote utilisateur vis-à-vis des passagers, et des tiers au sol dans la limite d’un million d’euros par sinistre (dans la limite de cinq millions d’euros par an) en cas d’insuffisance de l’assurance obligatoire. Le pilote n’est pas couvert pour les dommages subis personnellement mais est couvert pour les dommages dont il pourrait être tenu responsable vis-à-vis de ses passagers, de leurs bagages et des tiers au sol.
1- Prévenir les pompiers la gendarmerie si nécessaire
2- Déclarer le sinistre au courtier ou à l’assureur mentionné sur l’attestation d’assurance généralement incluse au carnet de vol de l’aéronef.
3- Notifier Wingly dans un second temps par mail à insurance@wingly.io et si vous avez un doute contactez notre courtier SAAM Verspieren Group au +33 (0)1.49.64.10.61 .

L’assurance proposée par Wingly n’interviendra qu’ en complément de l’assurance attachée à la machine si cette dernière s’avérait insuffisante au regard des préjudices subis. Et ce, dans la limite d’un million d’euros par sinistre et de cinq millions d’euros par an. C’est pourquoi, il est nécessaire de commencer par contacter le courtier ou l’assureur mentionné sur l’attestation d’assurance
Non, l’assurance offerte par Wingly ne remplace pas les assurances obligatoires mais vient en complément en cas d’insuffisance de ces dernières. Si vous subissez un préjudice, c’est la responsabilité civile obligatoire attachée à l’avion qui va fonctionner dans un premier temps. DC’est seulement si les couvertures de l’assurance initiale ne sont pas suffisantes que l’assurance de Wingly va s’activer pour vous apporter les garanties nécessaires dans la limite d’un million d’euros par sinistre et de cinq millions d’euros par an.
Si, les vols de coavionnage ont toujours pu être assurés par la Responsabilité Civile Aéronef attaché à l’avion ou l’hélicoptère utilisé. La Responsabilité civile attachée à l’aéronef est obligatoire depuis 2004 au sein de l’Union Européenne et couvre les passagers, les bagages et les tiers au sol. L’assurance proposée par Wingly vient en complément des plafonds de garanties de cette assurance obligatoire en cas d’insuffisance de garanties.
Non, l’assurance offerte par Wingly ne couvre pas les dommages causés à l’avion. Si vous louez, votre loueur ou aéroclub, vérifiez qu’il a souscrit de son côté à une assurance “Corps aéronef”. Si vous êtes propriétaire, vous avez aussi dû protéger les dommages causés à votre avion. Si vous êtes propriétaire ou dirigeant d’aéroclubs ou d’une société de location d’avion et que vous avez des questions sur les couvertures assurantielles, vous pouvez contacter notre courtier SAAM-Verspieren qui pourra vous renseigner.
Oui, l’assurance offerte par Wingly couvre les vols transfrontaliers en avions légers s’ils ont lieu au sein de la zone couverte par le contrat d’assurance, c’est-à-dire: en Europe (Drom Com et Pom Français inclus) et les pays riverains de la Méditerranée à l’exclusion de l’Algérie, la Libye, le Soudan, la Province du Nord Sinaï en Egypte et le Liban.
L’assurance offerte par Wingly couvre tous les vols en avion léger en Europe (Drom Com et Pom Français inclus) et les pays riverains de la Méditerranée à l’exclusion de l’Algérie, la Libye, le Soudan, la Province du Nord Sinaï en Egypte et le Liban.
L’assurance offerte par Wingly couvre les vols en avion léger de moins de 5,7t pour des pilotes respectant la réglementation coavionnage en vigueur. Il faut noter que l’assurance offerte par Wingly ne couvre pas encore les vols en hélicoptère. Les vols en hélicoptère sont toujours couverts par l’assurance originale attachée à l’hélicoptère.
Non, l’assurance offerte par Wingly est gratuite et comprise automatiquement et systématiquement dans tous les vols en avion léger effectués sur Wingly. Aucune démarche de souscription n’est nécessaire de la part du pilote ou du passager.
Non, l’assurance proposée par Wingly n’est pas une assurance annulation. Si le vol doit être annulé par le pilote ou le passager, les utilisateurs sont invités à reprogrammer le vol à une date ultérieure et le cas échéant à l’annuler définitivement et tout le monde sera intégralement remboursé des frais engagés sur Wingly. Nous en profitons pour vous rappeler que vous ne devez pas hésiter à annuler un vol si vous jugez les conditions météorologiques non satisfaisantes.